Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manifestation du 17 juin 2006 contre le projet de loi sur l'immigration
Nous y étions


LA FRANCE INVENTE L’ÊTRE HUMAIN JETABLE !
Dénonçons le projet de loi sur l’immigration !



Communiqué de presse du mouvement : Contre Immigration Jetable
Signez-la vous aussi en cliquant ici !



CAS CONCRET…

Vous croisez Mamadou, votre voisin du 6ème, un peu plus soucieux et triste que d'habitude, alors vous lui demandez si ça va. Trois ans qu'il n'a pas vu sa femme et ses enfants et qu'il vous parle de les faire venir en France un jour. Il y a 6 mois, il vous avait invité à sa fête car il venait enfin d'être régularisé. Cela lui faisait plaisir aussi d'avoir décroché ce 30m² après tant de galère, c'était indispensable pour présenter une demande de regroupement familial. Pour autant, il n'est même pas sûr que son logement sera acceptable pour que le dossier aboutisse. Seulement, il doit encore attendre un an avant de faire une demande de regroupement, et elle peut être refusée. Pire, il n'est vraiment pas sûr que son pays fasse parvenir les pièces d’état civil nécessaires. Ses amis maliens lui ont dit que cela pouvait prendre des années. Alors, évidemment, il finit par se dire que cette loi ne lui laisse aucune chance de revoir sa famille avant longtemps… surtout qu'il doit la faire venir en une fois.

 

EN CLAIR…

La nouvelle réforme du Code de l'Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d'Asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus strictement le droit au séjour pour les familles, les conjoints, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi-disparition de la carte de résident. Elle s'attaque au séjour des malades étrangers.

Le projet s'inscrit délibérément dans une perspective utilitariste : ne sera « acceptable » que l'étranger perçu comme rentable pour l'économie française. Quant aux autres, ni leur situation personnelle, ni leur situation familiale ne leur donneront désormais des droits, au point que les régularisations deviendront quasiment impossibles. De plus, la suppression du droit à la délivrance d'un titre de séjour, pour les étrangers présents depuis au moins dix ans en France, les condamne à l'irrégularité perpétuelle. Quant aux étrangers en situation régulière, le droit de vivre en famille devient un exploit : ce projet jette la suspicion, entre autres, sur les pères étrangers d'enfants français, qui devront justifier de leur paternité.

 

Depuis quelques semaines, le quartier subit une atteinte de plus dans son quotidien. Aux problèmes de logement, d’emploi et de sécurité s’ajoutent aujourd’hui celui de la répression et des tentatives d’intimidation de la part de la police. Les interventions et contrôles d’identité répétés et musclés, les pressions sur les associations (notamment le journal « Les Coursives d’Empalot ») jettent le discrédit sur le travail réalisé par les associations, les services publics et visent à diviser le quartier.

On voit aussi au sein de sa population de plus en plus de sans-papiers menacés d’expulsion. Et on sait que les enfants scolarisés et leurs parents seront menacés dès la fin de l’année scolaire.

En juin 2006, un nouveau centre de rétention (prison pour sans-papiers) ouvre à Toulouse. Il va permettre au gouvernement de multiplier par 5 les expulsions de sans-papiers. Dans ce centre de rétention, le second plus grand de France, on va même emprisonner les familles avec les enfants !

En stigmatisant les étrangers et les habitants des quartiers, le gouvernement tente de nous opposer les uns aux autres et il brade les libertés fondamentales. Nous appelons donc à nous mobiliser contre la réforme CESEDA qui, si elle était adoptée, ferait des étrangers en France, réguliers ou irréguliers, une population de troisième zone, privée de droits, précarisée et livrée pieds et poings liés à l'arbitraire du patronat, de l'administration et de l’Etat.

Face à l’ensemble de cette politique répressive, nous ne pouvons plus rester isolés et nous devons agir ensemble. Seules la solidarité et l’action collective nous permettrons d’obtenir :

- L’arrêt des contrôles systématiques et des interventions musclées de la police en particulier dans nos quartiers populaires,

- L’arrêt immédiat des expulsions,

- La régularisation de tous les sans-papiers par la carte de dix ans,

- La fermeture des centres de rétention,

- Le retrait du projet de loi CESEDA

 


Ce mercredi 21 juin 2006, la pétition totalise 81149 signatures.
« Nous refusons le projet de loi CESEDA que prépare le gouvernement sur l’immigration !
La nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus radicalement le droit au séjour pour les familles, les conjoints, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi-disparition de cet outil d’« intégration » qu’était la carte de résident. (...)
»

Signez-la vous aussi en cliquant ici !



Tag(s) : #MANIFESTATION

Partager cet article

Repost 0